Gestion organique

L’agrobiologiste, la matière organique et l’humus.

«La gestion de la matière organique peut bien souvent se résumer à la caricature suivante : il faut mettre de la matière organique, si possible du compost, pour augmenter l’humus, ce qui entraînera automatiquement un accroissement de l’activité biologique des sols et une prospérité garantie des cultures ! Malheureusement, les agrobiologistes qui ont voulu mettre en pratique ce postulat n’ont pas tous obtenu les miraculeux résultats escomptés. C’est que les écosystèmes sol-climat présentent une assez grande diversité et que, si des lois générales peuvent décrire l’évolution de la matière organique dans les sols, les phénomènes à l’œuvre ont des poids relatifs fort variables. Avec le moins d’a priori possible, il faut commencer par évaluer l’importance des phénomènes en cours et leur répercussion sur la culture en place».

Pour lire la suite : LIEN vers la fiche explicative de Domique Masenot