Production

Drôle de saison

Après une saison 2015 très chaude et sèche qui a été difficile pour l’échelonnement des salades ( voir article ), un hiver doux difficile pour l’échelonnment des salades…

Et pas mal de pluie hivernale :

le bief a débordé pour la deuxième fois en début de semaine.

Et la Seille a envahi la prairie à nouveau ce week-end.

Remplacement de vieux matériels usagés.

Au Biau Jardin de Grannod, en 2016, on remplace quelques vieux matériels usagés !

1° Le fourgon…

utilisé par les biaux jardiniers pour vendre leur production d’abord sur les marchés, puis pour distribuer leurs paniers de légumes, arrivait en fin de vie. Ce qui n’est pas surprenant pour un fourgon âgé de 14 ans qui a parcouru vaillemment 15 à 20 000 km chaque année, tout en rejetant très peu de particules fines puisqu’il brulait du GPL.  Au bilan 6 fois le tour du monde rempli de salade, carotte, etc…
Une belle carrière.
Ailleurs, il aurait peut-être eu droit à une belle médaille du travail !

Mais les biaux jardiniers sont sans pitié : le vieux matériel usagé a donc été remplacé par un tout neuf.

planches permanentes + engrais verts, c'est super...

La semaine dernière, il y a eu plusieurs belles journées.
ah ah ah «belles» journées… ah ah ah, çà veut dire quoi cet adjectif qualificatif subjectif ? Et bien, pour faire simple, une belle journée, c’est quand il fait le temps que professionnellement, le paysan aurait souhaité qu’il fasse, et que çà le fait…
Exemples:

Ça a fumé cet été !

C’est vrai qu’il a fait drôlement chaud cet été ( et il semblerait que çà ne soit pas fini ) au point que la gâpette du biau jardinier en aurait fondu… Du coup, la queue de cheval, souvent chignonnée pour une meilleure aération cervicale, en a profité pour goûter le grand air ! Mais çà retient le couvre biau chef quand il y a du vent.

On s'est pas mal occupés de nos oignons...

… depuis plusieurs semaines. En effet, les biaux jardiniers voulaient améliorer les conditions de séchage et de stockage de leur récolte d’oignon, qui n’étaient «pas terribles»… Comme le dit si diplomatiquement Dominique, le technicien maraîchage qui nous suit : «là dessus, vous avez une jolie marge de progrès».

et quand çà a r'biné, çà re r'bine et çà butte

Le dernier binage datait déja de 8 jours exactement. Il était donc «bien temps» de recommencer. La preuve :

il y a de l’herbe qui commence à «trésir». Les biaux jardiniers ont donc passé un nouveau coup de bineuse à doigts pour détruire ces indésirables. Avant de se lancer dans une série de petits buttages dans les poireaux bien sûr,

Et quand çà a biné, çà r'bine

Pour être efficace, le binage doit se faire très souvent, et avant que les adventices ne soient développées : l’idéal, c’est d’intervenir au stade dit «filament blanc», c’est à dire quand la graine a germé, qu’elle commence à se développer, mais que la plantule n’est pas encore sortie de terre. Quand on intervient à ce stade, l’efficacité est «diabolique»…

Binage

Une grosse partie du travail de l’été, c’est le binage des cultures pour luuter contre les adventices. Les biaux jardiniers utilisent pour cela des outils à main ( «rapette» «sarclot» houe ). Et aussi des bineuses guidées, matériel très précis et rapide, qui nécéssite deux personnes : une sur le tracteur, l’autre sur la bineuse ( clic ! ).

Pour biner au tracteur mais avec son seul conducteur, le biau jardinier utilise la barre porte outil construite lors d’un stage d’auto-construction. Cet outil va très bien pour tout ce qui n’est pas le binage de précision.

Le biau jardinier l’utilise donc pour les derniers binages des cultures à grand écartement, comme le cèleri-rave ( donc avec 3 éléments pour biner 2 rangs )

Pages

S'abonner à RSS - Production