Entretien des haies

Quand les feuilles des arbres sont tombées, c’est le début de la saison des tronçonneuses, et sur notre ferme jardinière, les haies sont nombreuses.
Il y a les anciennes, qui n’ont besoin que d’être entretenues, de façon écologique bien sûr, 
il y a les nouvelles, que nous plantons au fil des ans, et qui doivent être entretenues elles aussi.

En ce moment, nous travaillons sur l’ancienne haie en bordure de notre bâtiment agricole.

Quand nous avons acheté la ferme, il y a plus de 10 ans, cette haie était en mauvais état par suite d’absence d’entretien pendant trop d’années : invasion par les arbustes (prunellier) qui empêchent les jeunes  «baliveaux» (arbres d’avenir) notamment de merisier spontanés de pousser ;  quelques jolis chênes.  Nous avons décidé de transformer ce  «buisson» en une large bande boisée, fournissant à terme un abri pour la faune et une production plus diversifiée d’arbres feuillus de pays . Notre première action a donc consisté à planter une nouvelle haie à 8 mètres en retrait de l’existante de façon à préserver l’avenir: avoir un milieu forestier suffisamment développé pour abriter la faune dérangée quand nous couperions des arbres et arbustes dans l’ancienne.
Le but à terme est de constituer une «bande boisée», véritable petit bois en longueur.


 à gauche l’ancienne haie, à droite la nouvelle qui, six ans après plantation fait plus de 5 mètres de hauteur.

Nous commençons donc le travail dans l’ancienne haie.  

Au lieu de la classique «coupe à blanc» (on coupe tout ce qui est en place pour plus de profit immédiat,
et on laisse tout repousser pour plus de facilité) nous préférons la technique du «balivage». Cela consiste à repérer les jeunes arbres qui peuvent se développer si on leur en laisse les conditions, en en laissant un tous les 3 mètres environ, puis à ne couper que le reste. La haie reste donc suffisamment fournie pour continuer à remplir son rôle écologique.


 Les branches, au lieu d’être brulées en pure perte (voire après arrosage à l’huile de vidange selon la technique encore très répandue),  sont «rangées» au pied des arbres conservés de l’ancienne haie de sorte qu’elles fournissent une protection à la faune qui en a besoin, puis dans quelques années de la matière organique en voie de compostage pour la pousse des arbres. En attendant la repousse de nouveaux brins sur les souches des arbres abattus, elles conservent aussi à la haie une partie de son rôle de ralentissement du vent.

De ce qui est abattu, on fait quand c’est possible des piquets (piquets de cloture ou pour ramer certains légumes). De tout le reste, on fait du bois de chauffage, même pour les bouts de petit diamètre puisqu’il s’agit de continuer à produire de la «plaquette forestière» et non des buches.


 Passage du camion broyeur cet automne.

Mais est ce que c’est bien écolo ce gros matériel ???


La réponse de la pratique : broyage de la plaquette pour près de deux années de chauffage de l’habitation et de «l’exploitation» agricole  (local de préparation des légumes,forçage endives, conservation courges) en un peu plus d’une heure avec une consommation de moins de 40 litres de fuel.

Comment nous organisons le broyage en 2010 : LIEN

 

Tags: 

Catégorie: