Radis botte

Au jardin

le semoir à radis «Pourrey», du nom du maraîcher local qui le fabriquait avec l’aide de ses enfants. Les biaux jardiniers ne voudraient pas semer leur radis avec un autre outil !!! Sa seule limite, puisqu’il a été conçu pour le semis en zone très sableuse : en cas de sol pas tout à fait à l’optimum d’humidité, le manque d’adhérence implique de le mener à deux. Mias c’est, comme disent les maraîchers en couple, le charme de notre métier : «on sème souvent !»

Le semoir

C’est un outil parfaitement adapté aux conditions locales. Il avait été conçu pour le semis sous chassis double avec un passage dans chaque sens qui lassait une bande non semée de part et d’autre du pied central.

Le "fameux" semoir Pourrey, fabriqué localement par le maraîcher du même nom dans les années 60 / 80

Semoir multi rang, c’est donc un outil très rapide

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2012/03_04/radis600marq.jpg

Récolte sous tunnel

ou en plein champ, c’est dans tous les cas une récolte qui refroidit les genoux au printemps. Le pantalon imperméable et / ou les genouillères permettent d’arranger un peu le confort des pauvres travailleurs de la terre…  

Mais dans les deux cas, peu suivent le rythme de «la patronne» !!!

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2012/03_04/radiscueuille600marq.jpg

Pour les semis tardifs les biaux jardiniers bénéficient le plus souvent de plus douces conditions de récolte.

À la cuisine

La récompense : le radis double usage : 

le rose ou le rouge) cru avec pain et beurre (ou fromage frais de chèvre)

le vert en soupe de fanes : on épluche, coupe en petits morceaux et cuit des pommes de terre dans de l’eau un quart d’heure. Pendant ce temps, on sépare les fanes des radis roses et on les lave. On les met à cuire avec les pommes de terre les 5 dernières minutes.On peut ajouter juste en fin de cuisson quelques flocons de levure maltée. On mouline. On peut servir avec crème de lait de vache, d’avoine ou autre lait végétal.

 

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2012/03_04/soupefanes600marq.jpg


Pesto de fanes de radis et ail nouveau.


On lave les fanes d’une botte de radis, et on passe à l’essoreuse. On mixe avec 1/4 de tête d’ail nouveau en vert ou bien de la tige d’ail nouveau en vert et 5 cuillères à soupe d’huile d’olive. On rajoute du parmesan qu’on a rapé et on mélange. On peut conserver (au frigo) le pesto en bocal s’il est bien tassé, assez pour que l’huile recouvre.

Terrine de printemps

aux fanes et épluchures et ail nouveau en vert.

Hacher finement fanes ( de radis ou de navet ou de carotte ou du vert de bette ou de l’épinard) ou des grosses feuilles d’péinard ou de vchou pointu en mélange avec des épluchures ( de navet ou de carotte ou de courgette). On peut passer au mixer. On fait revenir en faitout avec un epu d’hiolme d’olive. On ajoute de la tige d’ail nouveau en vert ciselé très finement (4 cm de tige ou 1/8 de tête immature). On peut ajouter 2 c à s de purée de noix de cajou. Cuisson 5 minutes.
On mélange ensuite avec 1 verre de flocon de céréale (avoine, petit épeautre, etc…) On bat 2 oeufs avec 50 ml de lait, végétal ou animal.
Le total est mélangé hors du feu avec 3 ou 4 c à s de levure maltée, on remplit un moule graissé à l’huile d’olive. Cuisson au four 35 à 45 minutes au four à 180°.
Peut se manger chaud ou froid avec une salade, ou froid avec une sauce relevée, tapenade, etc…