Oignon

 

Au jardin…

bulbille ou semis ?

Deux façons de cultiver l’oignon : plantation ( à partir de bulbilles), ou semis (à partir de la graine).

Nous pratiquons depuis très longtemps la seconde méthode, mais avec un semis non pas directement en terre, mais en mottes et suivi du repiquage en place, technique qui nous semble mieux adaptée à nos conditions de petit maraîcher bio très diversifié.

Plusieurs raisons expliquent ce choix au départ.

En premier lieu, il nous semble que ce n’est pas dans la vocation du maraîcher bio de participer à la division, à la parcellisation du travail : nous ne voulons pas que notre activité ressemble à celle de producteurs de porcs par exemple qui se divisent en naisseurs, engraisseurs, puis finisseurs…Déja, de nombreux secteurs de l’agriculture sont de plus en plus aux mains de l’industrie : la production d’une partie des semences, des engrais organiques, de l’énergie, des matériels dont nous avons besoin nous échappe ( pas tout heureusement, et cela dépend - aussi -  des choix professionnels de chacun ). Nous avons donc choisi, autant que faire se peut , de limiter notre dépendance et de faire les choix de l’autonomie quand ils sont techniquement assez abordables pour les essayer en espérant réussir.

En second lieu, nous ne concevons pas notre travail de jardiniers sans avoir la maitrise complète du choix des variétés : il en va de notre liberté professionnelle, et du plaisir de nos clients.  Adaptation à nos conditions de terrain et de climat, aux goûts des citoyens qui mangent nos légumes, il faut donc pouvoir choisir dans une gamme suffisamment vaste de variétés, notamment paysannes pour «trouver son bonheur». Et  c’est une diversité que l’industrie du bulbille n’offre bien évidemment pas.
En ayant la possibilité de cultiver à échelle professionnelle certaines variétés que nous pensons méritantes, nous participons concrètement à leur maintien.

Ces choix «politiques» nous permettent ainsi d’offrir à nos abonnés différentes variétés d’oignon jaune pour couvrir l’ensemble de la saison : il nous semble que c’est vraiment «un plus» pour les personnes qui ont fait le choix de manger nos légumes que d’avoir plusieurs goûts variés pour un même légume «de base» qui revient dans les paniers pendant 8 mois sur 12 ( des ratatouilles aux bottes de radis ! ) .

Ainsi, selon les années,nous cultivons une variété très douce (mais de courte conservation) pour la fin d’été et l’automne, une variété ancienne très goûteuse mais pas trop piquante, une variété plus «classique» por la conservation longue en hiver.

Culture

Les oignons sont, comme l’ail et l’échalote, une de ces cultures que nous établissons selon la «méthode corse». Pour plus d’explications sur le pourquoi et le comment de la «méthode corse», lire ICI.

Petit roman-photo de la culture de l’oignon, du semis en mottes à la récolte (photos prises sur plusieurs années et diverses variétés).

 

 

séchage et conservation : LIEN 

 

À la cuisine

oignon blanc

Oignon principalement de printemps, il ne faut pas oublier d’en consommer le vert, excellent pour condimenter les salades.

En omelette, prépare les fanes avec ou sans l’oignon selon ce dont on dispose en coupant très fin. On demarre la cuisson de l’omelette seule et on rajoute l’oignon sur le dessus de l’omelette après 2 minutes pleines de cuisson. On couvre le temps de terminer.

oignon rouge de Simiane

un oignon typique de l’été. Oignon allongé rouge violet, c’est un oignon originaire du Sud. Il est excellent cru, coupé très fin dans les diverses salades de l’été : tomate, concombre, etc.

Bon appétit !