Laurier sauce

Notre vieux voisin Paul avait un joli petit jardin, qu’il avait de plus en plus de difficulté à faire. Dans ce jardin, il y a un joli laurier sauce, dans lequel les Biaux Jardiniers allaient toujours chercher quelques feuilles pour leur usage personnel en cuisine. Paul est mort il y a presque un an. Comme il en était convenu, le Biau Jardinier avait acheté son jardin et déclaré auprès de leur organisme certificateur cette parcelle en conversion lors de leur dernier contrôle.

Laurier sauce non encore issu de culture en conversion

Et même si Paul ne traitait pas son laurier avec des pesticides de synthèse et n’y apportait pas d’engrais chimique, tous les réglement de l’Agriculture Biologique s’appliquent bien évidemment.  Et deux points tout particulièrement en première année de conversion:

  • les pratiques du paysan respectent intégralement le cahier des charges de l’AB,
  • toute référence aux termes «reconversion vers l’AB» pour la commercialisation est interdite.

Les feuilles de laurier sauce que nous mettons dans les paniers sont donc actuellement distribuées sans aucune référence à la culture bio, qu’on se le dise !

Rappel : toute (*) notre production est en culture biologique certifiée. Depuis 1979.

_____

(*) Bien que la réglementation autorise la «mixité» (mixité = bio et conventionnel sur la même ferme) sur des parcelles distinctes évidemment, à condition qu’il n’y ait pas de «doublons» (doublon = culture du même produit non distinguable par un oeil non exercé). Ce qui permet à quelques petits malins de faire, par exemple, une seule variété de courge en bio et plusieurs autres en conventionnel, ou bien des fraises en bio et des légumes en conventionnel, ou bien des légumes en bio et des fraises en hors sol, ou bien des vaches laitières en bio et des fruits en conventionnel, ou vice-versa, ou bien 4 petits légumes en bio et 40 en conventionnel, ou bien des plants en bio pour jardinier amateur  et des légumes en conventionnel pour consommateurs  etc…etc…) transformant ainsi une possibilité réglementaire censée favoriser la conversion progressive à la bio en tromperie organisée du consommateur qui ne prend pas le temps de vérifier les «détails». Puisque strictement rien bien sûr n’interdit de vendre les deux types de denrées dans le même local ou sur le même banc de marché de plein vent.

Rappel : la certification avec le liste exhaustive des productions en bio de chaque «opérateur bio» est disponible à tout un chacun sur le site de l’agence bio, dans la rubrique «annuaire». Il suffit de «perdre» du temps à se renseigner. Complètement.