Une ferme maraîchère diversifiée

Nous avons d’abord vécu 17 années de maraîchage bio, sur une ferme devenue trop petite dans une commune où nous n’avions pas la possibilité d’un agrandissement suffisant pour maintenir une rotation culturale extensive à base d’engrais verts pluri-annuels. De plus, la route qui traverse la commune devait être transformée en 2 * 2 voies, ce qui ne manquerait pas d’en augmenter toutes les nuisances. Nous avions donc décidé de chercher notre bonheur ailleurs : dans les Monts du Lyonnais, où nous étions attirés par la dynamique tant collective et technique qu’économique et syndicale, que par des amitiés.

Sans résultat satisfaisant après 4 années d’intensives démarches sur un très large secteur (et bien des hésitations !), nous avons donc réorienté nos recherches en Bresse Bourguignonne, sur le Louhannais, traditionnel bassin de production maraîchère doté de circuits collectifs d’arrosage. Et nous avons pu nous réinstaller en 1996 à Sornay, grâce à l’investissement de 80 personnes dans le Groupement Foncier Agricole  «des Jardins qui Chantent». C’est cette action collective qui nous a permis de trouver assez de surface pour, dans un environnement encore préservé, créer la «ferme jardinière» que nous mettions en valeur à deux (Françoise Gauthier et Pascal Pigneret jusqu’à leur retraite) : le Biau Jardin de Grannod.

Et qui est cultivée et développée par Matthieu Gauthier depuis 2016 avec l’aide de deux salariés en CDI.

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/pour_nous_la_bio/panneau_entree200.JPG

Bonnes terres plates à vocation maraîchère et potentiellement arrosables, terres labourables plus classiques, prairies permanentes, prés humides, bois, bocage, etc… nous bénéficions donc d’un environnement très diversifié avec les 35 hectares très bien groupés de la ferme.

Ce genre de petite ferme se rencontre beaucoup plus rarement à tarif non spéculatif en zone péri-urbaine (surtout si on tient à un environnement préservé…) raison pourquoi nous vivons en pleine campagne : loin des villes et aussi donc, des grands bassins de consommation. Mais, au delà des modes médiatiques, nous pensons que c’est bien là la place des paysans :

  • dans les campagnes !
  • pour les faire vivre !!
  • en Bio !!!