7 hectares de prairie permanente

Notre ferme maraîchère compte 7 hectares de prairie permanente. Cette surface de prairie naturelle a pour nous de très nombreux avantages.

De la prairie naturelle pour sécuriser notre environnement immédiat.

Cela permet tout d’abord de sécuriser la qualité biologique de nos cultures de légumes face au voisinage qui n’est pas ( pas encore… ) en culture biologique, grâce à la distance que cela met avec nos légumes bio ainsi qu’aux haies qui les entourent. Ils sont nombreux les consommateurs qui, pour justifier ne pas consommer bio expliquent agressivement : «et puis d’abord, ce que vous faites çà peut pas être bio, puisque votre voisin, et ben, il vous pollue ! alors, c’est pas la peine, hein ?»  Nous avons fait le choix d’investir dans un peu de sécurité foncière, en attendant que le consommateur sus-nommé aille questionner le voisin sur ses pratiques !

Ces prairies naturelles apportent plus de biodiversité sur la ferme. En effet, les cultures maraîchères, qui sont synonyme de travail du sol fréquent, de végétaux le plus souvent récoltés avant maturité et apparition de leur graine, imposent au milieu une présence humaine (et souvent mécanique ) quotidienne. Le calme et la flore des prairies naturelles amènent automatiquement la présence d’une autre faune, différente de celle du jardin. Cela participe à l’équilibre de notre ferme.

Ces prairies naturelles apportent la possibilité de faire du foin pour des collègues en bio qui en ont besoin pour leur animaux. Ce foin est échangé, directement ou non, contre du fumier de bovins bio. Ce qui fait que  bien que nous n’ayons pas de cheptel ( comment TOUT faire ??? - et le faire bien…) notre ferme est capable de produire la nourriture de bovins qui fertilisent notre ferme. Cela nous apporte donc un fumier (bio) de très bonne qualité. Et c’est une garantie d’autonomie dans le cycle de la fertilité de nos sols : la dépendance au commerce et à l’industrie des fertilisants organiques est en partie remplacée par les échanges ou le commerce directement entre paysans.

Ces prairies apportent aussi de la fertilité au jardin. C’est un des chantiers des prochaines années : la possibilité de produire une grande quantité de matière organique fraîche pouvant servir au paillage et à la fertilisation de nos cultures.

Cette situation paysanne de ferme maraîchère diversifiée ne peut évidemment se rencontrer qu’en étant suffisamment éloigné des grands centres de consommation urbains, tant pour des questions de disponibilité concrète que de possibilité de financement.

C’est donc pour la qualité de nos légumes et celle de notre agronomie un bel atout de mettre en valeur ce genre de ferme ! Et une qualité de vie qui nous plait.