La bio : nos garanties, les règlements

La bio : nos garanties

100% BIO !

Chez nous, TOUTE notre ferme est en bio. Des précisions sur la «mixité» (bientôt ici lien vers artticle «mixité» en cours de rédaction).

Rappel législatif

Dans sa grande prudence, et comme le revendiquaient toutes les organisations professionnelles et/ou associatives de l’Agriculture Biologique des années 80, le législateur a prévu que seuls peuvent faire référence à l’agriculture biologique pour la vente de leurs produits les opérateurs contrôlés. L’essentiel de la facture de certification est d’ailleurs prise en charge par une subvention des conseils régionaux, ce qui est donc parfaitement logique.

L’Agence Bio

est un Groupement d’Intéret Public mis en place par les ministres de l’Agriculture et de l’Écologie du gouvernement Jospin en 2001.

http://www.agencebio.org/
Rapide présentation, LIEN 

La notification de l’opérateur (producteur, transformateur, importateur, etc…) à l’Agence Bio est obligatoire.

Son annuaire officiel (environ 56 000 opérateurs fin 2017) permet d’accéder  :

- dans un premier temps à l’opérateur certifié,

- puis au certificat, qui, SEUL, LISTE de manière exhaustive les produits certifiés en bio par l’OC (organisme certificateur) concerné.

Il y a

double procédure :

notification pour l’opérateur

ET

certification pour le produit.

«Pourquoi ces «complications administratives» ? Parce que la MIXITÉ bio / non bio est possible.

Dans la transparence (l’information est publique).

La responsabilité du consommateur est donc de se renseigner.

LIEN => MIXITÉ

 

L'annuaire de l'agence bio, en un seul lieu, l'accès à tous les opérateurs.

1 - Notification

La notification permet de constater qu’un opérateur propose des produits certifiés en agriculture biologique (pour tout ou partie de son activité). C’est tout cela. C’est rien que cela. Sur l’annuaire sont inscrits tous les opérateurs en bio. Y sont donc aussi inscrits tous les opérateurs qui sont en «mixité» (LIEN) comme par exemple les magasins ou artisans qui ne vendent pas que du bio. Et les producteurs partiellement en bio, (LIEN) ceux qui font donc aussi du conventionnel.

Il est possible de faire sur l’annuaire de l’agence bio

- une recherche par opérateur pour lire le certificat de tel ou tel,

- une recherche par production,

- une recherche géographique : par département, voire par code postal ( par exemple dans un lieu où on arrive en vacances).

La transparence mise en place lors de la reconnaissance de la bio donne donc au public les moyens de démarquer le vrai du faux. Il suffit de se renseigner, et après, on sait.

Notre notification sur l’annuaire officiel :

Les notifications de chacun sont accessibles : transparence.

Mais pour avoir la garantie sur les poduits, cela seul ne suffit pas. Il faut lire le certificat.

2 - Certification

Le certificat donne la liste positive des produits certfiés AB de chaque opérateur notifié : ce qui n’est pas cité n’est donc pas certifié bio. Qui ne veut pas se faire rouler dans la farine doit chercher ce certificat et le lire. Complètement. Le certificat est accessible au public. C’est tout simple : on clique sur le lien noté en rouge sur la notification…

Il suffit de cliquer pour accéder au certificat de l'opérateur

..et on accède au certificat de l’opérateur, publié sur le site de l’OC (organisme certificateur) qui le contrôle. Chez Écocert, cela se présente sous cette forme :

Le site de l'OC donne accès au certificat en cours de validité, et à quelques archives.

En cliquant en bas à droite on télécharge in extenso le certificat en cours de validité.

Téléchargement de la certification de l'opérateur.

Ainisi, chacun peut lire la liste exhaustive des produits issus de culture biologique proposés par l’opérateur.

3 clics pour obtenir la garantie que ce que le consommateur achète est conforme à ce qui lui est annoncé, c’est rapide et peu coûteux finalement ! Et la confiance peut ensuite se construire sur des bases solides : «verba volant, scripta manent» pensaient les romains. («les paroles s’envolent, les écrits demeurent» comprenaient nos ancêtres les gaulois); (comme maraîchers, les Biaux Jardiniers suivent eux aussi cette procédure, par exemple lors de l’achat de semence,  plants, etc…).

Parfois…

…il peut arriver que certains certificats ne soient pas accessibles : ainsi averti, le visiteur doit demander explicitement le certificat à l’organisme certificateur (OC) concerné, cela peut éventuellement éviter les confusions. Le certificat est non seulement un document public, mais c’est le seul qui fasse foi lors d’une transaction commerciale. Le cas échéant, le consommateur est fondé à obtenir le certificat et ne pas se satisfaire d’une réponse «en touche», genre cet opérateur est effectivement client chez nous; pour une raison très simple : la bio telle que pensée par ses pionniers est fondée sur la transparence.

Et seuls les margoulins ont intérêt à maintenir le flou.

Au consommateur de se comporter lui aussi de façon responsable.

Audit

Comme tous les paysans de France effectivement en bio certifiée, nous sommes audités par un des organismes certificateurs agréés par les ministères.

La bio : le double contrôle :

Un «contrôle approfondi» a lieu systématiquement une fois par an. Il comprend, en plus de la visite complète des parcelles, locaux de stockage, etc, un contrôle complet de l’ensemble de la comptabilité, des pièces assurant la traçabilité de nos pratiques. Des prélèvements pour analyse sont régulièrement effectués, sur des légumes destinés à la vente ou des intrants (fumier pas ex), etc…

Des «contrôles inopinés» ont aussi lieu, à l’initiative de l’organisme certificateur. C’est le contrôle à 150 %, ce qui signifie que pour 100 paysans certifiés dans une région donnée, 150 contrôles ont lieu chaque année. Le paysan bio qui vient d’être contrôlé ne peut donc pas se dire qu’il n’aura plus de visite de l’auditeur avant l’année prochaine…

À noter que la certification agriculture biologique est, parmi les signes de qualité - tous gérés par l’INAO ( Institut National des Appellations d’Orgine lien ici) -  le seul à offrir une telle féquence de contrôles.

Notre certificat en cours de validité est ici, cliquer pour le lire confortablement

Chez nous, TOUTES nos productions sont en BIO controlées.

Pour lire quelques infos sur les visites des auditeurs Ecocert au Biau Jardin de Grannod, suivre ce lien, ce lien, ou bien encore ce lien

La bio et ses règlements

En France

Le cahier des charges français réglementant l’agriculture biologique a été élaboré à partir de celui construit dans les années 1970 dans une optique de transparence, collectivement entre producteurs, consommateurs et techniciens agricoles organisés au sein de l’association Nature et Progrès.  La démarche d’officialisation de l’AB entreprise par cette association avait abouti à la reconnaisssance officielle de 1981 (la «possibilité» d’homologation de cahiers des charges définissant une agriculture n’utilisant pas de produits de synthèse, disait la loi d’orientation agricole votée à la fin du septennat Giscard D’Estaing). A suivi la création d’organismes certificateurs acteurs économiques indépendants, la création de la marque AB propriété du ministère de l’agriculture.

Europe

Comme pour toute autre question, l’Union Européenne a entamé une harmonisation entre ses états membres. Pour lire l’ensemble des réglements définissant actuellement les règles de l’agriculture biologique, cliquer  sur le logo bio européen ci dessous :

C’est long et touffu ?

La Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) a rédigé une synthèse :

Et le «nouveau réglement»?

En 2014 a été entamée une procédure  d’actualisations des règles européennes définissant la pratique agricole biologique. Ce futur réglement s’appliquera au printemps 2021. Pas mal de rumeurs et autres «opinions» - pas toujours désintéressées - ont abondamment circulé. Les Biaux Jardiniers proposent la vidéo explicative de la FNAB (Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique) :

https://youtu.be/eYUUhsCL-kg