La saison commence ?

Ces derniers jours, les Biaux Jardiniers ont pas mal travaillé, car les cieux étaient propices… C’est de saison.

Le jardin était bien «ressuyé» et les conditions optimales  pour travailler la terre, ce qui a été fait partout où le plan de culture le demandait. Cela a aussi permis d’incorporer l’amendement calcaire (photo ci dessous)

chaulage de nos terres acides de Bresse

Vacances de février

Pendant leurs vacances de février, et pour la première fois depuis bien longtemps, les Biaux Jardiniers ne vont pas se ressourcer sur une de ces  îles bretonnes qu’ils affectionnent.

Ils ne vont pas non plus skier en montagne, faire un treck à l’autre bout du monde, ni se bronzer sur une lointaine plage de sable blanc, ni suivre un stage de développement personnel à base de philosophie plus ou moins exotique.

Le Biau Jardinier est un nul

Avec ces belles journées, il se passe plein de belles choses au Biau Jardin de Grannod. Et le biau jardinier fait des photos dans le but d’illustrer son artricle qu’il tente de faire chaque semaine.

Mais le Biau Jardinier est un nul :

alors qu’il pense n’avoir rien changé dans sa façon de procéder, voilà ty pas que depuis 15 jours,; les photos se publient au format gros timbre poste. Et le Biau Jardinier ne sait pas réparer tout seul, évidemment : le biau jardinier est un nul, on vous dit !

"Incident" de livraison

Le biau jardinier s’est lancé dans un nouveau chantier : monter enfin la serre solaire prévue sur le plan d’origine du bâtiment bioclimatique. Cela va lui permettre de produire à nouveau tous les plants nécessaires au fonctionnement du jardin, principalement tous les plants dits «chauds» : tomate, aubergine, concombre, etc… puisque pour les autres, il y a besoin de moins d’infrastructure. Cela va lui apporter plus de liberté dans le choix des variétés, limiter les transports, etc… Bref, plus de travail, mais plus d’autonomie, y compris au niveau consommation d’énergie puisque l’éventuel appoint de chaleur nécessaire sera amené par le circuit en basse température du bâtiment à partir des 40 M2 de capeur solaire thermique ou de la plaquette forestière issue de l’entretien des haies du Biau Jardin de Grannod.

Premières planches permanentes de la saison

La semaine dernière, il y a eu plusieurs phénomènes intéressants en même temps :

les semaines précédentes de décembre avaient été peu arrosées (moins de 10 mm pour tout le mois), il était donc tentant de travailler la terre du jardin,

la météo annonçait des baisses de température, avec plusieurs jours consécutifs de vraies gelées rendant inenvisageable tout travail du sol ces jours là,

les tendances de la météo pour la suite annonçaient un redoux, temps couvert avec des chutes de pluie ou de neige après cette période de froid.

Fichage de syndicaliste

Dominique Henry, ancienne institutrice, était paysanne dans une ferme du Haut Doubs avec Jean Paul son mari. Elle est actuellement retraitée.

Elle veut une agriculture respectueuse des femmes et des hommes (producteurs comme consommateurs), des animaux et de la nature.
Elle refuse les « fermes des 1000 vaches » qui produisent à outrance et concurrencent les petits éleveurs, au mépris de la qualité de l’alimentation et de la vie dans les campagnes.
Elle refuse dans l’agriculture la logique qui est aussi à l’œuvre ailleurs : recherche de la productivité à tout prix, soumission à la loi du profit maximum et aux intérêts financiers. Résultat : de moins en moins de paysans, de plus en plus de pollution dans nos rivières et nos assiettes.

Elle est poursuivie pour son engagement syndical

"Aménités de l'AB" ou "la bio c'est mieux"

Certains se souviennent peut-être qu’il y a 3 années tout juste, un rapport de l’INRA sur l’analyse des performances de l’agriculture biologique (LIEN) avait été fort remarqué… puisque que dans un premier temps 63 chercheurs en avaient demandé la dépublication (LIEN), se basant notamment sur ses erreurs de méthodes manifestes. Puis plus d’une centaine (140) avaient à nouveau insisté (LIEN)… Le biau jardinier en avait parlé sur son site : lien.

5 nouveaux tunnels : saison 5

Après ces longs épisodes «mécaniques» de la culture sous abri, il faut songer à revenir à l’agriculture…pour pouvoir cultiver sous ces magnifiques tunnels. Et s’occuper de tous les problèmes que pose l’eau parce que c’est bien connu les paysans ne sont jamais contents : de l’eau, soit «y’en a pas assez» soit «y’en a trop». Donc il faut faire en sorte de pouvoir en amener quand il en manque, et en enlever quand il y en a trop. Élementaire mon cher Watson !

Les biaux jardiniers ont donc installé un circuit d’arrosage pour irriguer les nouveaux tunnels. Ils ont creusé quelques tranchées; mais attention, en Bresse, quand on creuse, on attire de l’eau ; mieux vaut donc pouvoir l’évacuer. Dans ce but, les biaux jardiniers posent, en fond de tranchée, à coté du réseau d’irrigation, un tuyau de drainage.

Colza OGM, les faucheurs volontaires en action

Communiqué de presse.

Lundi 28 novembre matin près de Dijon, soixante-dix Faucheuses et Faucheurs Volontaires ont neutralisé deux plate-formes d’essai de colza contenant des variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) issues de mutagénèse, une technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d’application, ce qui exempte ces variétés de toute évaluation, traçabilité et étiquetage. Ces OGM se retrouvent donc cachés dans nos champs et nos assiettes.

Nous sommes aussi intervenus sur une plate-forme d’essai de Dijon-Céréales et leur avons livré une partie de notre récolte.

Reportage de FR 3 Bourgogne 28 11 2016

Pages

S'abonner à Flux de la page d'accueil