Laborieux...laborieux...

C’est pourtant sûr que vu de loin, et avec du soleil, c’est joli, c’est bucolique, le jardin ! Et avec la couverture blanche de «l’abri à quincaillerie», c’est lumineux ! Aaahhh, le charme de nos paisibles campagnes…

Haies bocagères récentes ou anciennes tout autour de notre Biau Jardin de Grannod

Mais il a vraiment pas mal plu encore ces jours ci. Alors avec toujours le même soleil, quand on regarde le jardin de plus près, c’est nettement moins enthousiasmant !

Un début de saison "laborieux"

Çà reste toujours pas trop facile au jardin : à peine le sol ressuie pendant les rares journées ensoleillées, qu’il pleut rapidement à nouveau : çà n’est pas encore la catastrophe, mais tout n’est pas implanté à la date qui était prévue sur le plan… (c’est le passage du projet à sa réalisation, de la théorie à la pratique !). Et puis çà manque de soleil !

Humidité et manque de soleil contratrient les légumes...et le Biau Jardinier !

C'est bien mouillé !

Si on se fie au calendrier, dernière décade de mars, on peut faire un petit bilan des dernières semaines de l’hiver.

Il y a quelques temps, le Biau Jardinier avait réussi à «passer entre les gouttes», et planter en plein champ tout ce qui devait l’être, poser les protections contre le froid, installer les occultations prévues, :

Ceinture ET Bretelles

«Ceinture et bretelles», c’est dit-on, la «mentalité» et le mode de fonctionnement du rural classique. Les Biaux Jardiniers, paysans-maraîchers ruraux ne dérogent donc pas à la règle.

Chaque année, sous leurs tunnels, ils prévoient un système supplémentaire de protection contre le froid : petits arceaux, voiles non-tissés déroulés à l’avance, de façon à ne pas «être surpris» et pouvoir rapidement faire face en cas de petit gel. Les voiles non tissés avaient été installés il y a déja un moment.

Oui à la Bio pour tous, non à la bulle marketing !

A l’approche du Salon de l’agriculture, il y a comme une surenchère de communication sur les produits bio. Carrefour annonce la multiplication par trois de son chiffre d’affaires dans le secteur d’ici quatre ans, Leclerc se lance dans les magasins spécialisés, et toutes les marques cherchent leur gamme bio, de préférence locale ! Cette dynamique est appréciable, l’industrie agro-alimentaire ayant dix ans de retard sur les attentes des consommateurs.

Pages

S'abonner à Flux de la page d'accueil