Au jour le jour

"Les 40 ans de Bio des Biaux " avec... François Jarrige !

«En même temps» qu’au jardin, les Biaux Jardiniers travaillent à fêter dignement leurs 40 ans, puisque l’aventure agricole Bio a démarré officiellement printemps 1979.  Trois événements (en août, en septembre et en octobre) au programme de 2019, «les 40 ans de Bio des Biaux !»

et notamment le 17 août après-midi, une conférence de François Jarrige, historien.

Quadritunnel

Les travaux de saison pour la mise en culture du Pré-Verger (monter les planches permanentes, planter des bandes fleuries, installer l’arrosage automatisé, etc…) étaient «à jour» pour le plein champ, alors les Biaux Jardiniers ont travaillé plusieurs semaines à un gros chantier :  le montage de la structure du quadri tunnel.

Au début, çà consiste à distribuer les pieds à vrilles, et à piqueter à la bonne place : il faut que ce soit et d’équerre et parallèle.

"Les 40 ans de Bio des Biaux" avec...Le p'tit crème !

«En même temps» qu’au jardin, les Biaux Jardiniers travaillent à fêter dignement leurs 40 ans, puisque l’aventure agricole Bio a démarré officiellement printemps 1979.  Trois événements au programme de 2019, «les 40 ans de Bio des Biaux !» et notamment le 17 août au soir un concert  : Le p’tit crème, qui chante Gaston Couté et François Béranger.

Le p'tit crème au Biau Jardin le 17 août !

Une météo de Saints de glace

Pas mal d’eau, des températures vraiment basses, du soleil, évidemment quand çà n’est pas du temps couvert avant et après des sacs d’eau, et du vent, du vent… c’est les Saints de glace : 11, 12 et 13 mai, Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais apportent, dit la tradition, comme un bref retour de l’hiver au printemps ; le symétrique de l’été de la Saint Martin (l’été indien) du début novembre. Mais il y a peut-être d’autres causes, en tout cas, au jardin, «en même temps» çà va et çà va pas. Çà va  :

Y' a des fois, le fumier, c'est vraiment la merde...

Pas d’autre formulation possible pour essayer de nommer le problème avec un peu d’humour et de distance. Parce que oui, cette année, retourner le fumier pour monter le tas de compost (c’est à dire provoquer une bonne fermentation chaude) çà a vraiment été la merde… il y a eu pas mal d’aventures…

Le retourneur d'andains chevauche le tas de fumier pour l'aérer

Casse sur cultibutte :-))

«Vous semblez bien vous amuser, pendant vos stages d’auto-construction, mais est ce qu’ils sont vraiment solides, vos outils, hein, parce que vous apprenez en les faisant ! alors…» soulevait une intervenante lors de la première réunion publique tenue sur le thème de l’auto-construction, à Grenoble. Avait elle vraiment raison de s’inquiéter ? Peut-être…

Casse sur cultibutte

Il a enfin plu...

…alors bien sûr, le paysan-maraîcher qui se plaignait du temps trop sec… s’est plaint pendant un jour ou deux que le terrain était trop mouillé !!! Mais «en même temps» il en était heureux… parce que le Biau Jardinier, il n’attendait qu’une chose : une bonne pluie, qui arrose bien ses engrais verts pour qu’il démarrent à fond,

Engrais vert pluriannuel encore bien diversifié en troisième année de croissance.

Sécheresse = temps idéal à gros chantiers

C’est mathématique ! Beaucoup de chantiers = beaucoup de photos.

C’est mathématique ! Hiver peu arrosé + mars très sec = idéal pour chantiers avec gros engins.

C’est vrai : la sécheresse actuelle

  • angoisse le paysan-maraîcher (dont le jardin a besoin d’eau) et
  • réjouit le paysan-maraîcher (dont le jardin a besoin de supporter la visite active d’une pelleteuse…).

Comme quoi… la météo…çà dépend du point de vue !  Alors en plus du travail de saison «normal» facilité par les conditions météo,

Pages

S'abonner à RSS - Au jour le jour