Au jour le jour

Les deux bouts du bois

Il avait prévu d’être chez nous jeudi.
Mais sa tournée s’est passée plus vite que prévu et il est arrivé mercredi en fin de matinée; ce qui a rajouté un peu de piquant à la journée consacrée à la livraison aux amapiens de Lyon…

Bernard Joos est exploitant forestier et entrepreneur de travaux dans le Morvan. C’est un petit peu loin de la Bresse, mais en se groupant à plusieurs utilisateurs de chaudière automatique à bois plaquette, nous nous sommes organisés pour avoir besoin de faire broyer du bois à peu près en même temps. Ce qui a justifié le passage de Bernard Joos et son matériel dans le cadre d’une tournée qui desservait aussi le centre du département (à l’aller) et le sud de la Cote d’Or (au retour).

 

Un week end qui ...

… donne la pêche, dirait un arboriculteur,
… donne la patate, dirait un maraîcher.
repas300

Violette et Elie Magnier, sont maraîchers depuis 5/6 ans dans l’YONNE, pas très loin d’Auxerre. Suite à des difficultés avec le propriétaire des terrains qu’ils cultivaient, ils sont en train de déménager  pour se réinstaller avec leurs enfants quelques kilomètres plus loin, à Moulery exactement. Un vieux corps de ferme avec une douzaine d’hectares, et en projet 40 de plus, si le contexte l’accepte. Ils font 200 paniers  chaque semaine livrés à domicile  avec un système de tournée ou dans des dépots.

Traces de vie




Lièvre ou lapin, ainsi que chat :


http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/lapinsimg_2716.jpg



Aussi en hiver sous la neige, les bandes fleuries, qui séparent les différents carrés de légumes dans notre jardin, jouent leur rôle écologique. Elles fournissent de la nourriture aux auxiliaires. Sur la photo, des traces de graines récoltées, voire ouvertes, par des oiseaux:

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/graines2img_2718.jpg
 

Vacances de Noël



Ceux de nos abonnés de paniers qui sont venus jusque dans nos campagnes visiter notre biau jardin le savent : pour que les légumes poussent correctement, notre jardin est drainé.

Mais drainé écolo…

…au lieu que les eaux collectées par le drainage soient envoyées direct au fossé puis au bief, puis à la Seille, etc… elles sont stockées dans le bassin de rétention que nous avons créé dans un pré humide juste en aval du jardin. Ce bassin n’est raccordé à aucun fossé. Seuls deux trop pleins entrent en service en saison humide et répartissent l’eau dans le reste de la parcelle humide, mais toujours sans rejoindre le bief. Ainsi, le total de l’eau, dont le cycle a été accéléré par le drainage du jardin, est ensuite ralenti dans la zone humide.

Froid


Pour une meilleure protection contre le froid, nous avions installé une série d’arceaux au dessus des planches de culture sous tunnel. Quand cela a été nécessaire, nous avons disposé des voiles de polypropylène non tissé.  Ce qui permet, en même temps de limiter la baisse des températures et d’éviter que les feuilles des légumes les plus fragiles ne soient cassées par le voile, ou brulées par la condensation.

Les bordures de tunnels, où nous avons implanté des mélanges pour héberger les auxiliaires n’ont pas besoin d’être protégées : le plus gros du mélange est composé de plantes hotes non gélives.

 

 

 

Pour entretenir la haie de l'amitié ...

… c’est ainsi que la guillamap a présenté le cadeau qu’ils nous ont promis cet été pour arroser 30 ans de maraîchage bio … alors au cours de l’été et l’automne, nous avons préparé une quinzaine de trous de plantation …
…et la belle collectiion d’arbres nous a été livrée lors de la  distribution de mercredi dernier :
Calville rouge, transparente de Croncelles,beurée, comice, sanguine, mirabelle, reine-claude, etc.. etc.. Même un néflier, et des sorbus ( torminalis et domestica ).

 
Il faisait beau ce week-end
 
Nous en avons profité pour les planter sans attendre dans le pré-verger.

Toussaint : suite


Nous avons rentré

tous les navets : violet ou boule d’or
tous les radis noirs
tous les céleri-rave

L’outil au premier plan, c’est l’arracheuse, achetée d’occasion il y a une bonne vingtaine d’années : une grande lame soulève l’ensemble de la planche en un passage, les grilles à l’arrière secouent pour enlever la terre.

Toussaint

 
Au pied d’un érable champêtre planté il y a 7 ans, l’arracheuse est prête à aller travailler !


C’est quasi une tradition chez nous : pendant les vacances scolaires de Toussaint, nous profitons de la disponibilité de tous pour faire nos «travaux de Toussaint » : nous récoltons et rentrons en chambre froide l’ensemble des légumes d’hiver qui craignent le gel : navet, céleri-rave, radis noir, carotte, racine d’endive, betterave rouge…
…Tels des écureuils qui cachent leur stock de noisettes pour passer l’hiver!

Ben voui : tout neuf !


Comme expliqué précédemment, ( clic ) et ( reclic )  le brave Massey 152 commence à avoir plus que l’âge des artères des biaux jardiniers :  il fallait songer à lui trouver un successeur.

Le profil du candidat fut ainsi défini en 2007 :
assez polyvalent pour devenir à terme le seul tracteur de » l’exploitation «.
4 roues motrices ( pour les planches permanentes ), avec
4 pneus assez étroits pour se contenter de nos petites allées permanentes sans raboter les bords de planches de légumes

Tout neuf ?


Pendant que Matthieu finissait de broyer les prés, on aurait pu croire que notre vieux Massey  s’était transformé en tracteur tout neuf : la preuve ?

Le compteur affichait zéro heures






Mais non, le miracle n’a pas eu lieu ! la preuve ?
la photo d’avant indiquait l’âge réel de l’engin :
9999.9 heures

Pages

S'abonner à RSS - Au jour le jour