Quadritunnel

Les travaux de saison pour la mise en culture du Pré-Verger (monter les planches permanentes, planter des bandes fleuries, installer l’arrosage automatisé, etc…) étaient «à jour» pour le plein champ, alors les Biaux Jardiniers ont travaillé plusieurs semaines à un gros chantier :  le montage de la structure du quadri tunnel.

Au début, çà consiste à distribuer les pieds à vrilles, et à piqueter à la bonne place : il faut que ce soit et d’équerre et parallèle.

C’est Grebert TP qui a fourni ses compétences et son système laser, et qui a «briefé» BiauxJardiniers et collègues venus en entraide pour

enfoncer avec la tarière hydraulique les pieds à vrille à la profondeur prévue pour obtenir la pente nécessaire aux chéneaux… sur le terrain tel qu’il est.

L’étape suivante consistait à entamer les paquets de ferraille qui attendaient sagement depuis le jour de leur livraison,

et à monter les arceaux avec toutes leurs pièces constitutives,

et à les empiler au fur et à mesure.

Comme çà s’étale sur plusieurs journées, on profite de plusieurs types de météo…

…et les tas montent

en attente du jour où on peut tout amener sur place pour les poser «en suivant», chacun sur ses pieds à vrille.

Ensuite, c’est montage, boulonnage, vissage, perçage, réglage, etc… (ni labourage, ni paturage)

Une fois les barres de long pan glissées, les Biaux Jardiniers commencent à être un peu rassurés : l’ensemble ressemble un peu moins à un chateau de cartes.

On utilise toutes les resssources disponibles de type échafaudage mobile

pour poser raidisseurs, bracons, chandelles, renforts, tirants, contreventements, etc…etc… (çà ne manque ni de ferrailles ! … ni de vocabulaire !)

et peu à peu, à force, «çà ressemble à quelque chose».

C’est en fin au tour des chéneaux d’être fixés en place.

La prochaine étape, l’installation des profils et clips qui permettent de fixer la couverture, est pour plus tard, puisque la pose des films est prévue en fin d’été. D’ici là, restera aussi à réaliser le terrassement pour la collecte des eaux pluviales et pour la pose du système d’arrosage… une prochaine fois que Charlie et sa pelleteuse «passeront au jardin» !

D’ici là, il y aura aussi quelques passages d’outil pour remettre la terre en état après ces piétinements, pour épandre du fumier composté et y semer en grais vert (à suivre…). Ce gros chantier étant mené à bien, il est maintenant possible pour les Biaux Jardiniers d’attaquer le chantier 2019 suivant : le démontage et transport de quelques tunnels achetés d’occasion…

En 2019… chaque mois un peu de 9 !

Tags: 

Catégorie: