Les 40 ans... la visite gourmande

Les journées que les Biaux Jardiniers organisaient pour fêter leurs 40 ans de Bio et la transmission de la ferme maraîchère ont connu un joli succès, avec plus de 250 participants à la visite gourmande du jardin qui alliait menu-dégustation à base de légumes et explications techniques précises sur le terrain du maraîchage biologique.

Tout s’est très bien passé ; il faut dire qu’il y avait une sacrée équipe de jeunes, efficaces et attentionnés, mobilisés plusieurs jours durant.

Et en cusine, la coordination de Christine et Jean-Pierre, maraîchers Bio en retraite (habitués de la restauration collective Bio lors des procès de Faucheurs Volontaires bourguignons)

et la préparation de Françoise

avaient su mettre l’équipe au travail avec efficacité et plaisir.

Les quelques jours précédents, tout avait été installé dans les lieux : sonorisation de l’auvent et de la chapelle

aménagements des accès à la ferme,

construction de la scène à partir de racks-palettes,

agencements de petits lieux favorables à la rencontre.

Le samedi, la journée grand public a commencé par les conférences qui ont connu une belle fréquentation.

Sur le chemin qui mène au jardin, la visite a commencé par la présentation des motivations des «fondateurs» et leur traduction dans la réalité du terrain, par le «Biau Jardinier Canal Historique». L’occasion de rappeler aux présents, que l’installation de fermes maraîchères nombreuses n’est possible que dans certaines conditions «politiques» : terres de qualité ET disponibles, garanties d’accès à l’eau d’arrosage, présence et organisation des débouchés commerciaux, protection contre les pollutions du voisinage, dynamisme des structures de la Bio, bienveillance des collectivités locales, etc…)

Et c’est le Biau Jardinier de présent et d’avenir qui a guidé Monsieur le maire, Madame la sous-préfète, entourés de tous les participants, dans la visite du jardin.

Trois stands avaient été prévus avec des toiles d’ombrage installées par Clément sur des bambous,

ce qui aidait à la convivialité.

Matthieu a expliqué son parcours professionnel,

ses motivations et détaillé l’organisation du jardin.

La première dégustation proposait galettes de flocons au coulis de tomate avec feuilles de salade,

soupe froide de courgette au basilic,

caviar d’aubergine aux fleurs de souci et bourrache,

et en fin tomate cerise que chacun trempait dans un pesto chèvre basilic, 

A commencé ensuite la «traversée du jardin», ce qui a permis à Matthieu d’expiquer tout au long l’ensemble de ses pratiques Bio

et de répondre aux questions.

Bien sûr, tout au long de la visite, Ludivine Alligier continuait son atelier croquis.

«L’exposition» des outils de travail du sol a permis de détailler les techniques utilisées.

Le Biau Jardinier Canal Historique  a, logiquement, parlé du passé et rappelé la démarche qui avait abouti au passage au travail en planches permanentes : par la volonté d’échange technique en groupe organisé.

Puis, tout aussi logiquement, c’est le Biau Jardinier du présent et de l’avenir qui a détaillé l’utilisation qu’il fait de chacun des outils, à partir de leur présentation statique, mais en bout d’une planche qui avait été travaillée la veille par le dit outil, ce qui permettait de VOIR le travail de chacun.

butteuse

cultibutte, «remis à niveau» il y a deux ans avec le deuxième attelage  hydraulique par triangle permettant de travailler avec le double rouleau de vibro,

ou bien le train de bêches lui aussi récemment auto construit.

Les deux modèles de vibroplanche pour la finition, soit avec rouleau barre pour mieux détruire les faux semis

soit avec rouleau lisse pour aider à leurs germinations.

Matthieu a aussi présenté le protoptype de «roloflex» qu’il a construit en stage de l’Atelier Paysan, et expliqué les intérêts qu’il y voit pour sa situation : le roloflex, c’est l’outil monté sur ressort qui s’adapte au volume de la butte permanente !

«Si à 50 ans t’as pas de roloflex»… (ce qui était le cas du Biau jardinier Canal Historique !). Étaient aussi présentés en situation de travail les outils plus classiques de  maraîchage en planche : encore présent sur la ferme, le kultirotor qui fête cette année son trentième anniversaire de bons et loyaux services.

Et la dérouleuse de film de paillage.

Coté menu-dégustation, au stand tout en bas du jardin, l’accueil était assuré  par «la jolie triplette» 

Tartine caponata, farçoux, tarte aux oignons

qui présentait bruschetta de caponata d’aubergine, tarte à l’oignon, tarte à la courgette cuite dans le four à bois de Pascal,

comme les tartes à la tomate et autres pizzas qui ont nourri les bénévoles pendant toutes ces journées.

On pouvait aussi se régaler de soupe froide de carotte

velouté carotte / fenouil

et de farçoux de vert de bette

Matthieu a emmené tout son monde à l’étape suivante

et le groupe est passé devant le carré des courges

occasion de questions et donc d’explications botaniques sur leur mode de multiplication et les risques de l’autoproduction de semences mal maîtrisée, données par le canal historique et ancien «expert semences potagères biologiques»

L’autre grande présentation que le Biau Jardinier avait organisée était le principale risque du maraîchage Bio : la maîtrise de l’herbe. Matthieu a pu expliquer, devant un exemple concret de chacune d’elles, l’ensemble des techniques de lutte contre les adventices qu’il met en place au jardin :

Occultation avant semis direct

Bineuse Duo de précison pour les premiers binages quand les plantes cultivées sont encore petites,

La bineuse Schmotzer guidée 2 ou 3 rangs utilisée quand les légumes sont plus développés.

Cultures sur paillage déroulé mécaniquement.

Binage sur le rang avec les doigts souples.

Et bien sûr, l’entretien des allées permanentes avec la fameuse «BPO» la Barre Porte Outils remise au goût du jour par l’Atelier Paysan. La BPO peut, par ses nombreuses possibilités,  aussi être considérée comme le couteau suisse du maraîcher peu fortuné débutant (et la fortune, bien évidemment, viendra par son travail agricole…).

Les visiteurs ont pu constater qu’avec la combinaison de l’ensemble de ces techniques, et en s’adaptant à la diversité des situations rencontrées au fur et à mesure de la saison, «çà marchait» : les cultures sont effectivement très «propres», et saines.

Le dernier stand du menu-dégustation proposait salade marocaine, tzatziki, gaspacho, caviar de courgette.

Et c’est au son de la flute de Maxime

que la troupe est retournée à la ferme pour déguster le gâteau d’anniversaire à la carotte, arrosé du crémant de Bourgogne de Jean Musso servi par Julien, le maître de cérémonie des alcools et cocktails.

Le Biau Jardinier Canal Historique y a fait un bilan de sa carrière de maraîcher concluant par une chanson de Michel Bühler avant de trinquer au crémant Bio et de laisser enfin la place au P’tit Crème.

Tags: 

Catégorie: