La saison est en avance

et les biaux jardiniers ont donc déjà pas mal rentré de légumes d’hiver en chambre froide. Notamment betterave rouge de diverses formes (lien),  radis de diverses couleurs


et une partie des navets.

Les journées sont magnifiquement ensoleillées, plutôt trop chaudes (aaaahhhhh………….les paysans, jamais contents de la météo…). Mais certains matins de la semaine dernière  n’ont cependant pas été tous parfaitement bucoliques dans notre Bresse louhannaise (aaaahhhh…. les paysans, etc…)

Après la récolte, le biau jardinier a profité de la bonne condition du sol, pas trop humide et pas tassé par le tracteur grâce au travail en planche permanente, pour préparer le semis de l’engrais vert d’hiver par un simple passage de cultibutte.

Ce cultibutte «de la première génération» avait été construit lors du premier stage organisé par l’association «adabio auto-construction» (voir LIEN) qui s’est ensuite professionnalisée en coopérative : la SCIC l’Ateleier Paysan (LIEN).
Le résultat de ce travail était bien satisfaisant; et çà n’a pas du tout bourré,

le biau jardinier a donc pu semer direct là dessus, puis rouler. Plusieurs passages sont effectivement nécessaires puisque l’outil combiné de rêve n’est toujours pas auto-construit, faute de temps. Mais tout n’est pas perdu : le plan est dans les têtes, et les pièces disponibles pour l’essentiel (à suivre).
Maintenant c’est bien levé : le mélange seigle (la plantule verticale de teinte rouge) et trèfle (cotylédons verts) arrive à passer correctement entre les déchets de culture.

En se développant, l’engrais vert va utiliser les éléments fertilisants du sol, donc les «fixer», eux qui autrement seraient lessivés vers la nappe (perte  de fumure pour le paysan, «gain» de pollution pour le consommateur d’eau). Les racines vont fissurer le sol en se développant et la terre sera plus souple en sortie d’hiver.

Ouaah, trop cool la bio , pourquoi tout le monde il en fait don pas ???

Tags: 

Catégorie: