Jardin de début d'été.

En ce début d’été, le jardin est plutôt pas mal bien joli, vu de loin comme

vu de près aussi.

En tout cas, les Biaux Jardiniers sont bien contents du résultat de leur travail, d’autant plus dans le contexte «météo / maladie / réglements» du moment. L’échelonnement de courgette va son train.

Dans les carrés de courges pour cet hiver, çà pousse gentiment, et les bandes fleuries associées vont bien : on y entend pas mal de butineurs, ce qui devrait aider à la préparation d’une bonne fructification.

Et cette semaine, pour le grand jeu des 7 légumes, dans la famille salade, on a demandé la batavia blonde pour le menu.

Les engrais verts semés «derrière» les premières récoltes de légumes de ce printemps s’en sortent bien, et concernant le sorgho, on espère que le rafraîchissement présent n’handicapera pas trop sa pousse.

Les planches dernièrement récoltées ont été buttées, pour, elles aussi, recevoir sous peu une culture d’engrais vert.

Mais… évidemment, le ciel Bio n’est jamais sans nuage aucun… et parmi les inquiétudes du moment, les dernières pluies qui empêchaient de biner les cultures d’hiver récemment semées ou repiquées, alors que des herbes adventices commencent à se développer un peu partout, par exemple dans les poireaux, plantés il y a 10 jours et toujours pas «gratouillés» ! Quand on commence à distinguer autre chose de vert que le légume, le souci arrive !

Et oui : concernant les herbes indésirables, les Biaux Jardiniers sont toujours sur le qui vive parce que, les détruire, c’est très facile… uniquement dans le tout premier stade, quand elles sont très peu développées ; et il est aussi «très facile»… de prendre du retard. Il suffit de retarder de seulement quelques jours un binage pour subir des ennuis en chaîne. «Les anciens» disent que l’herbe, c’est quand on ne la voit pas encore qu’est le bon moment de biner, peu après, çà commence déjà à être trop tard.

Le Biau Jardinier a donc été vraiement très heureux de pouvoir s’organiser de façon à sauter sur l’occasion, ce matin, jour de récolte et préparation des paniers à distribuer le soir même : puisqu’une «fenêtre de tir» devait se présenter. La journée a donc débuté très tôt avec l’équipe au complet aux cueillettes, puis s’est scindée en deux groupes et le tandem bineur Charline Matthieu  a ainsi pu se consacrer deux heures durant au binage de toute une série de carrés de légumes d’hiver chacun sur son siège, chacun son volant. Après bien sûr le petit fignolage de réglage nécessaire pour s’adapter à l’état du sol,

la schmotzer a été utilisée pour le premier binage des poireaux. Le résultat est drôlement joli.

Les Biaux Jardiniers ont aussi utilisé la Duo, la bineuse de précision dont chaque élément enjambe chaque rang de légume, et avec les disques permettant de travailler très très près des plantes très jeunes - et fragiles  - sans les perturber.

Ils ont donc pu (soulagement !) faire le deuxième binage des carottes d’hiver. Et «çà urgeait» : le premier binage avait été suivi d’une pluie, qui avait provoqué le redémarrage de certaines herbes binées, qui donc grandissaient, avec leur système racinaire se renforçant de jour en jour… (ci dessous par exemple : entre le rang de gauche et celui du milieu, un panic - précédemment biné - ayant pu redémarrer).

Entre le rang de gauche et celui du milieu, un panic qui avait pu redémarrer à cause de la pluie qui avait suivi de trop près le premier binage.

Biner, surtout à la Duo, c’est un boulot qui demande du calme et de l’attention pour obtenir (sans dégât !…) la précision de travail qui permettra de limiter au mieux le temps du passage manuel sur le rang; il sera de toute façon nécessaire, plus tard, «entre le pouce et l’index» (ou avec un petit couteau). Mais le désherbage 100% manuel, «à moinsse que y’en a, à plusse que le travailleur de la terre, hé ben il est bien content» !

Pour biner tout le carré, il y a bien sûr un moment où chacun descend du siège : c’est pour dégager la place où sont installées les rampes d’arrosage. Et puis après, on continue à biner tranquillement.

Chacun à son poste, les deux carrés d’ombellifères ont été binés,

Au premier plan, une bande fleurie de vivaces mise en place au printemps.

y compris donc les panais, pour leur quatrième binage de la saison.

C’était le dernier possible avec la Duo : la prochaine fois, ils seront trop developpés pour le dégagement de cet outil, il faudra donc utiliser la schmotzer.

Et une fois tous ces binages réalisés, une bonne cinquantaine de planches, quand même, les Biaux Bineurs sont remontés en vitesse prêter main forte aux Biaux Agenceurs de paniers (…) pour terminer les préparations dans les délais.  Avec une épine adventice en moins dans le pied, et sur le visage un sourire en plus :  «le jardin est bien joli».

Tags: 

Catégorie: