Faux semis

Cette semaine, le Biau Jardinier a aussi «cassé» un faux semis. Dans des carrés où seront plantés du chou d’hiver, du poireau. Et c’était «un rien sale», comme on dit.

Explication de texte :

Le faux semis

est cette technique traditionnelle, pratiquée par les maraîchers depuis des siècles, qui consiste à préparer le sol suffisamment longtemps à l’avance pour faire lever les graines d’adventices présentes dans le sol. Le but est d’avoir ainsi le temps de les détruire avant l’implantation de la culture, par exemple par un passage de rateau.

Provoquer la germination

Il faut donc enclencher leur germination des graines présentes en préparant la terre de manière auisi soigneuse que si on allait semer la culture elle-même. Ainsi,

  • on prépare la terre finement dans les premiers centimètres ,
  • un passage de rouleau rappuie la surface et favorise un bon contact terre / graine pour faciliter la germination
  • et le suivi régulier de l’humidité par l’arrosage permet d’obtenir une bonne levée .  

Détruire la levée d’herbe

Il s’agit ensuite de détruire la levée d’herbe par le passage d’un outil

  • assez agressif pour être efficace contre les plantules levées, et «en même temps»
  • assez délicat pour ne pas trop travailler le sol au point de remettre en route une nouvelle germination.

Anciennement, les maraîchers détruisaient cette levée d’herbe par «un p’tiot coup d’rateau».

Actuellement, la herse étrille permet de mécaniser ce travail sur une plus grande surface. Autre système : les toiles d’occultation qui permettent de tuer les adventices levées, par étiolement, et sans aucun travail de sol.

Casser le faux semis

Par contre, avant une culture mise en place tardivement en saison, on dispose de plus de temps. Selon

  • le nombre de jours disponibles avant la date de plantation prévue
  • l’importance de l’enherbement parasite en place
  • les conditions météo du moment
  • les conditions météo prévues la quinzaine à venir,

on peut ainsi choisir de casser la levée d’herbe mécaniquement dans l’optique de faire un deuxième faux semis quelques jours après.

C’est ce que le Biau Jardinier avait prévu. Et qu’il a pu réaliser.

Par ci par là il y avait quelques restes (peu) des cultures de l’année précédente (courges notamment) qui ne posaient pas problème.

Sur certains endroits, il y avait un peu d’herbe, encore dans les limites acceptables, mais avec une belle proportion de panic. Et le panic est l’ennemi juré du Biau Jardinier. Qui le lui rend bien ! Il y avait même du pourpier, une plante méditéranéenne. Preuve si besoin que sur mai / juin, il a fait pas mal chaud.

Mais sur une ou deux planches, comme déja dit, et ben c’était un rien sale ! L’invasion de panic tournait à la panique : c’était vert.

Et le Biau Jardinier, même couleur, mais de rage :-)) . Puisque la météo annonçait 48 heures sans vraie pluie, il a donc utilisé son vibroplanche auto-contruit de la première génération.

Destruction au vibroplanche

Et c’est bien sûr le vibro à rouleau agressif que le Biau Jardinier a choisi.

Les fers plats crénelés du rouleau et la vitesse d’avancement permettent de bien brasser la terre et mettre à l’air les racines de plantules

qui devraient pour l’essentiel périr dans l’opération. Du moins si une grosse pluie ne vient pas les faire reprendre tant qu’il leur reste un peu de vie…

Et dès que les conditions météo auront assez séché les planches, le Biau Jardinier fera un

Deuxième faux semis

… qui sera préparé au vibroplanche. Mais cette fois ci, celui avec les doigts plats montés sur dents droites

et muni d’un rouleau plein.

Car c’est lui qui

  • rappuie bien la terre de surface,
  • favorise un bon contact terre / graine

et qui nous apporte une belle levée des adventices présentes dans le sol… Levée d’herbe que l’on pourra détruire avec le vibroplanche à rouleau agressif.

(À suivre !)

* * * * *

 

 

 

Tags: 

Catégorie: