Concentration, torsion et obstination.

Concentration de la conductrice à la bineuse, torsion du conducteur au tracteur,

obstination de l’équipe au «couteau / seau»

il a fallu tout çà pour «faire» le carré de betterave rouge. Il faut dire qu’il y en avait à tous les stades puisqu’en plus du repiquage et du semis prévus au planning (et réalisés), il avait fallu compléter par un deuxième le semis : le Biau Jardinier n’attendait pas plus de 70 % de récolte sur le premier, qui avait mal levé. Et le binôme «concentration / torsion» a bien fonctionné puisque, sur la planche de droite, le brusque crochet lors du semis n’a pas donné lieu à destruction des jeunes plantules de betterave lors du binage. Quand la bineuse-de-précision arrive à suivre les accidents de conduite du semoir… c’est que la bineuse-conductrice est efficace ! Bravo Charline !

Quand la bineuse de précision arrive à suivre les accidents de conduite du semoir... c'est que la bineuse-conductrice est efficace !

Binage aussi dans les carrés de carotte. Le cinquième.

Chicorée rouge, le deuxième, d’autant plus nécessaire qu’il y avait eu un passage manuel «couteau / seau». Rondement mené, mais avec toujours les mêmes dégats colatéraux : les genoux des travailleurs qui «pautrichent» (in french in ze text !) le bord de la planche, qu’il vaut mieux rebiner vite.

Autre matériel de binage utilisé cette semaine : la Schmotzer équipée des doigts pour «faire le rang»

Les doigts de binage détruisent les jeunes plantules SUR le rang pendant que les dents font de même entre les rangs.

Là aussi, les Biaux Jardiniers sont heureux du résultat de leur travail.

Binage avec mini-buttage dans le brocoli d’automne aussi.

Autre outil : la herse étrille pour le premier passage «en aveugle» dans le carré de Bruxelles repiqué 8 jours avant. C’est le genre d’action qui entraine pas mal de stress… en attendant de constater que çà a bien marché… et sans casse.

Jolis carrés de betterave, de carrotte, de poireau, de Bruxelles, les Biaux Jardiniers se disent «tant mieux, il y aura sans doute des jolis paniers cet hiver»… alors qu’ils passent des matinées à tailler les tomates sous tunnel, travaillent avec la  chaleur et des restrictions d’arrosage, ils pensent à l’hiver… Quelle drôle d’engeance ! mais c’est peut-être qu’ils essaient d’oublier qu’ils pleurent chaque jour de voir leur récolte d’aubergine complètement estropiée par la (!!!*gr…!!!) punaise nezara. Dur métier, quand même.

Tags: 

Catégorie: