Au delà des bornes du jardin

30 août : saint Fiacre

Le 30 août, c’est la saint Fiacre.

Saint Fiacre, c’est le saint patron des jardiniers (*).

Saint Fiacre «s’est installé» (lui, son jardin, son monastère) à Meaux. Son bâton de marche, tombé sur le sol, s’est transformé en bêche, outil qui lui a permis de défricher le lieu.

Aujourd’hui 30 août, saint Fiacre, sont arrivées au Biau Jardin de Grannod quelques photos du voyage de maraîchers au Québec.

Voyage formation de maraîchers au Québec

On comprend que le biau jardinier ne voulait pas rater çà !

Voiles de protection : test de nouveaux usages.

Pour protéger du froid leurs légumes de plein champ, les biaux jardiniers utilisent des voiles en polypropylène non tissé, très légers ( <20 grammes / m2) dont ils recouvrent horizontalement les planches de culture. Ça ne suffit bien évidemment pas toujours, mais c’est un bon outil.

Pour lutter contre certains insectes ravageurs des cultures, les biaux jardiniers utilisent aussi le même type de technique : le voile non tissé, ou dans d’autres cas le filet à maille tissée (lien). Exemple :

l'observatoire du nucléaire "félicite" François Hollande

Rejet de la fermeture de Fessenheim : c’était couru d’avance puisque François Hollande a signé avant les deux décrets espérés par EDF. C’est la première fois que l’on voit une personne en position de force abandonner d’elle-même ses moyens de pression…

Ce que les « Monsanto Papers » révèlent du Roundup

La justice américaine a déclassifié des correspondances internes de la firme. Dès 1999, cette dernière s’inquiétait du potentiel mutagène du glyphosate.

LE MONDE ECONOMIE | 18.03.2017 à 06h44 • Mis à jour le 18.03.2017 à 07h19 |Par Stéphane Foucart

Fichage de syndicaliste

Dominique Henry, ancienne institutrice, était paysanne dans une ferme du Haut Doubs avec Jean Paul son mari. Elle est actuellement retraitée.

Elle veut une agriculture respectueuse des femmes et des hommes (producteurs comme consommateurs), des animaux et de la nature.
Elle refuse les « fermes des 1000 vaches » qui produisent à outrance et concurrencent les petits éleveurs, au mépris de la qualité de l’alimentation et de la vie dans les campagnes.
Elle refuse dans l’agriculture la logique qui est aussi à l’œuvre ailleurs : recherche de la productivité à tout prix, soumission à la loi du profit maximum et aux intérêts financiers. Résultat : de moins en moins de paysans, de plus en plus de pollution dans nos rivières et nos assiettes.

Elle est poursuivie pour son engagement syndical

"Aménités de l'AB" ou "la bio c'est mieux"

Certains se souviennent peut-être qu’il y a 3 années tout juste, un rapport de l’INRA sur l’analyse des performances de l’agriculture biologique (LIEN) avait été fort remarqué… puisque que dans un premier temps 63 chercheurs en avaient demandé la dépublication (LIEN), se basant notamment sur ses erreurs de méthodes manifestes. Puis plus d’une centaine (140) avaient à nouveau insisté (LIEN)… Le biau jardinier en avait parlé sur son site : lien.

Colza OGM, les faucheurs volontaires en action

Communiqué de presse.

Lundi 28 novembre matin près de Dijon, soixante-dix Faucheuses et Faucheurs Volontaires ont neutralisé deux plate-formes d’essai de colza contenant des variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) issues de mutagénèse, une technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d’application, ce qui exempte ces variétés de toute évaluation, traçabilité et étiquetage. Ces OGM se retrouvent donc cachés dans nos champs et nos assiettes.

Nous sommes aussi intervenus sur une plate-forme d’essai de Dijon-Céréales et leur avons livré une partie de notre récolte.

Reportage de FR 3 Bourgogne 28 11 2016

Communiqué de presse des Faucheurs Volontaires

Les Faucheurs Volontaires d’OGM ont procédé à la destruction d’une parcelle de plus de 3 ha, de semences de tournesols rendus tolérants aux herbicides ( Variété rendue Tolérante aux Herbicides : VrTH), située dans le département des Pyrénées Orientales, sur la commune d’Elne, route du Bocal du TECH.

Depuis 2013, l’entreprise NIDERA loue des terres aux agriculteurs pour y cultiver des semences de tournesols préparant des hybrides VrTH destinés à être semés dans toute la France.

Pages

S'abonner à RSS - Au delà des bornes du jardin